Au temps qui est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au temps qui est

Message par idées le Jeu 19 Avr - 19:37



Dresseur d’oubli, il course le chagrin,

Parle de l’après, de joie qui sera.

Le temps d’aujourd’hui promet que son gamin

Le temps qui compte en mois saura me rendre bien.

Libre arbitre ou fatalité,

Si je choisis la peine durable à l’oubli

Puis-je alors demander droit de vivre

Dans le sentiment qui me vient, à vie.

Car Il me semble bien que c’est un privilège qu’il m’est dû

En tant qu’être aimant, de me souvenir et de pleurer le temps

Qui m’offra cette amour et celui qui me le reprit.

Les autres temps n’ont rien d’autres à m’offrir

Si ce n’est défaire et tromper, sous couvert de maturité.

Si je suis maintenant l’être qui souffre,

C’est que raisons ne manquent.

Alors monsieur le temps qui passe,

Je vous prie de ne pas vous mêler d’affaire si grave,

Laissez donc loin de moi vos pouvoirs de distraire

Et de promettre l’idylle.

Et vous, médecins du mieux,

L’ouïe bien moins développée que la verve,

Discourant sans relâche pour son malade convaincre,

D’ingérer du futur pour guérir de l’âme

En oubliant à la fois amours et drames ;

Abandonnez la blouse, il vaut mieux.

Quoi d’autres qu’un cerveau naïf vouliez-vous leurrer.

Caché derrière ses tyrans tripes et cœur, Il hurle

Pour convaincre à son tour ses voisins du corps, en vain.

Un sentiment qui vit chante bien trop fort la tristesse de son temps.

idées

Messages : 1
Date d'inscription : 19/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum