Thierry Ledru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Thierry Ledru

Message par Thierry le Lun 14 Nov - 17:53

Présentation.

Je suis marié, nous avons trois enfants (ados), je suis instituteur depuis mes 19 ans. Je vis en Savoie.
J'ai passé un BAC litté/philo et je suis tout de suite entré à l'école Normale (IUFM aujourd'hui). A l'époque je vivais en Bretagne mais j'étais passionné par l'escalade et l'alpinisme et je voulais aller vivre dans les Alpes.
Mes deux dernières années de lycée, j'ai eu la chance immense d'avoir un prof de Français et une prof de philo extraordinaires. J'adorais lire et écrire et peu à peu ils m'ont permis d'avoir avec eux une relation privilégiée, des échanges extrêmement enrichissants, non seulement d'un point de vue cognitif mais surtout sur le plan humain.
Krishnamurti, Ouspensky, Platon, Gurdjieff, Camus, Sartre, Saint-Exupéry, Lanza del Vasto, Gandhi, Koestler, Conrad, Steinbeck, Heminghway, Prajnanpad, Vivekananda, Sri Aurobindo, London, Moitessier, Arséniev, tout ce qu'ils m'ont fait connaître ! Tout ce que je leur dois !
J'écrivais des nouvelles, ils les lisaient, les critiquaient, m'encourageaient. Ils disaient tous les deux qu'un jour je serai édité.

A vingt-quatre ans, j'ai été opéré d'une première hernie discale. Opération ratée. Fin de mes rêves d'alpinisme. Dépression lourde. J'aimais toujours écrire alors je me suis lancé dans un roman. Une bouée de secours. Une thérapie aussi mais je ne le comprendrais que bien plus tard.

"VERTIGES".

Une histoire d'alpinisme. Un drame, un homme qui redescend son compagnon sur son dos. Je n'avais pas conscience de la symbolique envers ma propre histoire, comme si les mots s'imposaient, comme si mes écrits se devaient déjà d'être des introspections qui prenaient vie...Je l'ai envoyé à divers éditeurs parisiens. Je ne connaissais rien à ce milieu... Personne n'en a voulu. Quelques réponses impersonnelles. Impossible de connaître les raisons précises de ces refus successifs. Je savais que Bernard Giraudeau adorait l'alpinisme. Je lui ai envoyé un manuscrit. Sa secrétaire m'a appelé quelques semaines plus tard. Il voulait me rencontrer. On s'est vu à Brest. Il m'a dit qu'il avait un gros problème de finances et qu'il me tiendrait au courant. Un tournage en haute montagne coûte très cher. Trois mois plus tard. Sa secrétaire au téléphone. Il avait finalement choisi le roman de Simone Desmaison "la face de l'ogre". Il en a fait un téléfilm.
Pas d'explication, plus aucune nouvelle.
Grosse déprime. J'ai tout rangé dans un placard.


J'ai arrêté d'écrire sérieusement pendant de nombreuses années. Je récupérais lentement sans comprendre tout ce qui se tramait en moi, les douleurs à venir. Je griffonnais quelques scénarios sur des cahiers mais rien de vraiment abouti.

J'ai laissé passer dix ans avant de ressortir "Vertiges" de son tiroir et je l'ai relu. Considérablement honteux d'avoir osé adresser un texte aussi misérable aux éditeurs. J'ai tout recommencé. Et puis j'ai décidé d'attendre dix ans de plus en me disant que le même effet dévastateur aurait lieu. Je devais continuer à lire et si possible à écrire.

Je me suis finalement décidé en 2004. J'ai relu "Vertiges" et j'ai compris ce qui manquait. Ca n'était pas "mon" écriture mais "de" l'écriture. L'histoire était en place, les personnages existaient comme je le voulais, les situations étaient clairement décrites mais il n'y avait rien pour lier l'ensemble. Rien de personnel. C'était comme un orchestre assis mais qui ne jouait pas. Je devais trouver une musique.

J'ai tout réécrit. Une euphorie merveilleuse, comme une mélodie en moi et qui ne cessait de tourner en boucle. Impossible de perdre le fil. J'avais trouvé ma musique.


Le premier éditeur contacté l'a accepté.

"Vertiges" a eu deux prix littéraires régionaux.
Faut-il donc avoir souffert pour savoir écrire? Pour sortir de soi un écrit acceptable, faut-il donc être descendu dans les tréfonds de l'âme?

A partir de là, je me suis lancé à corps perdu (à esprit perdu) dans l'écriture. Elle m'a servi de thérapie. La vie continuait à m'asséner des coups de bélier. Je m'accrochais à mon stylo...Pour ne pas sombrer.


Un autre roman.

"PLENITUDE DE L'UNITE".
Un guide de haute montagne et sa femme vont au salon du livre de Paris. Attentat dans le RER. Une bombe. Le guide est amputé d'un jambe, sa femme est morte. Expérience de mort approchée. Un basculement absolu.

Mon éditeur n'en a pas voulu. Trop sombre, "une écriture trop exigeante pour le lectorat moyen auquel sa maison s'adressait"... Assez incroyable comme réponse... Incompréhension totale de ma part. Mon premier roman avait eu deux prix, pourquoi refusait-il celui-là, comment pouvait-il juger de l'accueil qui lui serait fait, pourquoi rejeter une écriture "exigeante" comme si les esprits ne pouvaient pas s'atteler à un effort inhabituel?
Finalement, je réalisais que d'avoir été édité ne suffisait pas à m'assurer une continuité. Je repartais à la case départ.

D'autres tentatives. Nouveaux refus. "Trop spirituel, trop violent, trop sombre, trop compliqué, trop philosophique..." Trop, toujours trop...L'écriture devait-elle donc rester dans un cadre restrictif, bien établi, des frontières précises? Ou bien mon écriture ne valait-elle rien?

Des wagons de questions à longueur de nuit...

Une autre histoire s'est imposée à moi. Nouveau roman.

"UNE ETRANGE LUMIERE".

Le parcours chaotique d'un instituteur qui finit par enlever ses élèves. Très long. Trop long. Personne n'en a voulu encore une fois. Un éditeur m'a répondu. "Sexe, drogue, meurtre et philosophie, où voulez-vous que je range ça? Et puis, vous vous rendez compte du risque que vous prenez avec une histoire pareille par rapport à votre métier d'instituteur? Et puis, un pavé pareil, personne n'en voudra. Les gens veulent des histoires courtes et faciles à lire."
Incompréhension. Il fallait donc écrire des histoires qui pouvaient être "rangées" dans des catégories précises. Le mélange des genres était mal vu.
Où était la création si le marché imposait ses règles?
A moins, que ça soit encore mal écrit.


Des wagons de questions à longueur de nuit.


La décision de faire publier ces deux romans avec un contrat participatif. Une énorme bêtise. Ca m'a coûté 800 euros et il n'y avait aucun suivi, aucune distribution sérieuse. Des délais de cinq à six semaines pour recevoir le livre. Et puis surtout, ce que j'appelle une arnaque dans le sens où mon manuscrit une fois accepté devait être corrigé par mes soins et que chaque correction ME serait facturé. C'était écrit dans le contrat que j'avais signé. En tout petit, en bas de page. Il leur fallait un pigeon et je roucoulais très bien !

Je voulais juste que ces livres existent pour pouvoir me consacrer à l'écriture du quatrième, qu'ils ne restent pas dans un placard comme une conception inaboutie. L'égo... Ca m'a pris deux mois pour réussir à rompre le contrat avec trois lettres recommandées avec accusé de réception. C'est quand j'ai parlé de m'adresser à un avocat que la situation s'est débloquée. Il faut savoir que ces livres à compte d'auteur ne sont pas pris par les libraires qui les considèrent comme de la "sous littérature". Pas d'invitation non plus dans les salons régionaux. Aucun article de presse.
L'image de ces contrats participatifs est désastreuse et personne ne veut s'en occuper. En fait, ces deux livres n'existaient pour personne. Je ne connaissais pas tous ces aléas. J'étais entré dans le concept avec toute mon innocence et ma naïveté... Et ma prétention. C'est grâce à ces paramètres que ces "maisons d'édition" existent...

Deuxième hernie discale...Trente-cinq ans.

Nouvelle opération...

Nouvelle dépression.



Un autre roman. Toujours pour aller au plus profond, plus profond que tous les scalpels...


"NOIRCEUR DES CIMES".

Le quatrième. Tout ce que la vie m'avait enseigné, quelques expériences étourdissantes auxquelles je ne comprenais pas grand-chose. Des voix la nuit, des auras bleutées qui me parlaient d'un chemin d'âme.

J'ai travaillé dix mois, tous les jours, toutes les nuits, à chaque instant de liberté sur cette histoire. Une véritable addiction. J'ai envoyé le manuscrit à un éditeur qui venait de s'installer dans la région. Il l'a pris immédiatement. Immense bonheur. Une très belle rencontre avec Sarah Molina, une jeune éditrice portée par un enthousiasme fabuleux. Un vrai contrat cette fois et des échanges merveilleux. Des articles de presse, une télé régionale, des radios, des invitations dans des salons, dans des bibliothèques, des dédicaces dans des grandes librairies. La preuve était faite. Je ne me ferai plus avoir... Compte d'éditeur et rien d'autre.

J'avais donc rompu le contrat participatif. "Plénitude de l'unité" et "Une étrange lumière" n'existent plus. Je pensais que ce nouvel éditeur les prendrait mais le marché actuel du roman est en crise, une crise énorme, seuls quelques auteurs reconnus permettent aux maisons d'édition de survivre et cette jeune maison ne pouvait pas se permettre de couvrir les frais de deux autres titres. Il fallait d'abord qu'elle rentabilise celui qui vient de sortir. Rentabilité. Le mot clé. C'est un marché. Une entreprise. Et elle dépend de l'état général de l'économie. Le budget culture est le premier à être supprimé dans les périodes difficiles. Aucun éditeur ne sait ce que l'avenir lui réserve. Les best-sellers les font vivre. Les autres auteurs disparaissent en une semaine des présentoirs. Le bouche à oreille et la médiatisation assurent le succès ou accélèrent l'oubli. La situation de beaucoup de petits éditeurs est très tendue... La concurrence avec les grandes maisons parisiennes est impitoyable et les moyens ne sont pas les mêmes. Beaucoup de pressions sur les libraires...



Quarante-deux ans.

Trois hernies discales d'un coup, un effondrement, incompréhension des chirurgiens, un calvaire...

Une rencontre inespérée. Une médium magnétiseuse alors que j'avais refusé l'opération que le corps médical me proposait..
Une visite de quatre heures. Je suis sorti en marchant et trois mois après je reprenais le ski.

Et le quatrième roman pour comprendre enfin tout ce que je portais et qui me brisait depuis si longtemps.


"LES EVEILLES".



Le récit d’un couple en crise qui s’engage sur un sentier de randonnée mais en démarrant chacun à une extrémité. Ils marchent l’un vers l’autre en espérant se retrouver, renouer deux vies que les douleurs ont alourdies, fissurées, séparées.

Les traumatismes, les refoulements, les conditionnements, la recherche de l’être intime, hors de tous modèles, l’émergence de l’individu libéré, des expériences mystiques qu’ils ne s’expliquent pas, une quête spirituelle qui va s’amplifier…





"JARWAL LE LUTIN" est venu ensuite me rappeler la promesse faite à nos trois enfants.

Lorsqu'ils étaient jeunes, nous allions très souvent en montagne et j'avais décidé de leur raconter les aventures de ce lutin. Jarwal a vécu avec nous pendant six ans, il était de toutes les sorties, sur tous les sommets. Et puis un jour, il a dit qu'il était temps qu'il reprenne la route, qu'il savait que toutes les leçons de vie étaient inscrites dans la mémoire de mes enfants et qu'il ne les oublierait jamais. C'est là que j'ai promis à Marine, Rémi et Léo, qu'un jour, j'écrirais ces histoires et cette période de notre vie pendant laquelle Jarwal a vécu avec nous.

Le tome 1 est fini, le tome 2 également et j'écris le tome 3. D'autres suivront.






Il ne faut pas écrire avec un objectif, un espoir, une attente. Il faut écrire juste parce que ça répond à un besoin vital. Une nourriture spirituelle. En sachant que les lois du marché imposeront une réalité qui sera peut-être très douloureuse. Ne pas avoir de projet, ne pas tirer de plans sur la comète, permet de se protéger, de ne pas subir la menace de la désillusion.

Je ne pense absolument pas en terme de catégorie, de style, de marché, d'édition, j'écris comme je le ressens. L’essentiel, à mon sens, est de ne pas se trahir.

Travailler. Quotidiennement. C'est une nécessité. Pour entrer dans son histoire, vivre avec ses personnages, les connaître, s'émouvoir avec eux, les accompagner, le plus beau cadeau étant de rêver d'eux la nuit, de les voir, de les entendre. De ressentir leurs peines et leurs joies.
Pendant l'écriture de "Noirceur des cimes", le personnage principal m'a appelé une nuit, dans un rêve, un appel déchirant, il allait mourir, il fallait que je vienne le sauver. Je me suis levé, j'ai allumé l'ordinateur, je lui ai dit que j'arrivais. Une situation d'urgence. Je n’aurais pas pu l’ignorer.
Un écrivain à qui on demandait un jour si ce qu'il avait écrit était vrai a répondu: "Bien entendu que c'est vrai puisque je l'ai inventé."
Indispensable vie commune. Vivre réellement avec ses personnages jusqu'à ce qu'ils ne soient plus à soi mais à eux-mêmes. Devenir dès lors le simple transcripteur de leurs parcours. "Je" n'écris pas, "ça" écrit en moi. A partir de là, il me semble qu'on peut parler de livres émouvants. Que l'écrivain disparaisse. Ce n'est pas le style qui importe mais la vie qu'on trouve dans le livre. Et la vie ne peut pas être inventée. Si le style l'emporte sur la vie, c'est juste qu'un exercice de style alors que le roman est une forme écrite de la vie.
Je me suis longtemps écouté parler dans mes écrits, par prétention, en pensant que c'était suffisant pour écrire quelque chose d'intéressant. Je n'avais rien compris.
J'écris pour honorer la Vie, pas ma vie. J'écris par respect. Plus par prétention. Le chemin a été long. Mais ça en valait la peine.





avatar
Thierry

Messages : 16
Date d'inscription : 14/11/2011
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur http://la-haut.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thierry Ledru

Message par Claude Colson le Lun 14 Nov - 19:01

Un mot, Thierry : impressionnant.

Claude Colson, alias monilet.
avatar
Claude Colson

Messages : 27
Date d'inscription : 14/11/2011
Age : 67
Localisation : Essonne - sur les forums monilet

Voir le profil de l'utilisateur http://claude-colson.monsite-orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thierry Ledru

Message par elisabeth charier le Lun 14 Nov - 21:22

bonsoir par ici Very Happy
je ne le dis pas souvent, mais je vis aussi dans ce monde que j'ai créé. je suis amma, azar,lariha et tous les autres, je vis avec eux au quotidien, mais... si je disais ça à droite et à gauche on me prendrait pour un folle, je passe déjà pour sorcière alors... j'ai fini par me taire Smile
avatar
elisabeth charier

Messages : 184
Date d'inscription : 13/11/2011
Localisation : lille

Voir le profil de l'utilisateur http://fantasy666.jimdo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thierry Ledru

Message par Marie Fontaine le Lun 14 Nov - 23:11

Un autre mot, Thierry : passionnant. J'aime de plus en plus ta philosophie de l'écriture. Tes mots sont pour moi des cadeaux précieux...
avatar
Marie Fontaine

Messages : 68
Date d'inscription : 13/11/2011
Age : 55
Localisation : Gard

Voir le profil de l'utilisateur http://mariefontaine.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thierry Ledru

Message par Florian Houdart le Mar 15 Nov - 14:18

Je vois qu'on est tous d'accord : Thierry est une personne à découvrir Smile

Je vais bientôt pouvoir lire un de ses romans en entier, je suis content.
avatar
Florian Houdart

Messages : 121
Date d'inscription : 13/11/2011
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Thierry Ledru

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum